Le truc en plus

Pour chaque accessoire vendu, on reverse 1€ minimum à PUR Projet, pour soutenir le village de Pejarakan dans sa gestion des déchets et la régénération de son environnement. Les fonds versés vont participer à l’extension du programme pilote lancé en 2019 dans un des quartiers de la ville Batu Ampar Banjar.

purprojet

Forza !

Le projet Pejarakan nous tient à cœur chez Back Market. On est particulièrement fiers d’apporter notre soutien à la préservation de nos ressources naturelles et à la régénération de nos écosystèmes. C’est une lutte qui nous concerne tous en tant qu’humains, et qui a du sens par rapport à la mission de notre startup.

C’est donc chouette si chacun (c’est à dire, en des termes grégoriens, “toi + moi + tous ceux qui le veulent”) peut apporter sa petite pierre à l’édifice . En achetant un accessoire pour votre smartphone, vous aidez à faire grandir le projet.

Jusqu’ici, et grâce à vous, nous avons pu récolter :

 

95 000 €  (au 28/09/2020)

On vous raconte ce qu’il se passe à Pejarakan en quatre cinq scroll.

Bienvenue à Pejarakan.

Pejarakan est un village côtier au nord-ouest de Bali, où vivent plus de 2600 familles qui vivent notamment de l'agriculture et de la pêche. L’économie du village dépend beaucoup de son environnement naturel. Ce dernier s’est considérablement dégradé au cours de ces dernières décennies, amenuisant la biodiversité de la région et fragilisant la situation économique des habitants.

Sous la plage, le plastique

Depuis plusieurs années, Bali fait face à un problème écologique de taille : la pollution plastique. Si ce fléau affecte la planète entière (on estime que 8 millions de tonnes de plastique sont déversées dans l’océan chaque année), son impact est particulièrement lourd en Indonésie. 

Souvent par manque de moyens et d’infrastructures pour les traiter, quantités de déchets plastiques se retrouvent dans la nature. Ce phénomène est aggravé par une explosion du tourisme ces dernières années et par l’augmentation du nombre d’habitants sur l’île. 

Les conséquences néfastes sont multiples : sanitaires (la santé des habitants étant menacée par la multiplication de micro plastiques), écologiques (la faune et la flore marines étant particulièrement affectées) mais aussi économiques (déclin des ressources naturelles et dégradation de l’attrait touristique des paysages). 

Objectif terre : protéger et régénérer l’environnement

Avec le soutien des équipes de PUR Projet, les habitants de Pejarakan ont décidé de prendre le problème à bras le corps et de lutter pour préserver l’écosystème et gérer les ressources naturelles dont ils dépendent. Pour eux, et pour les générations futures.

C’est ainsi qu’en 2019 est né le projet pilote pour palier l’absence de système public de traitement des déchets. Se concentrant principalement autour du quartier de Batu Ampar Banjar, il implique 280 foyers (soit 7% de la population de Pejarakan).  

Cette initiative s’inscrit dans une démarche plus large et holistique et est menée en parallèle d’un programme de protection de la biosphère (notamment de la mangrove et des récifs coralliens avoisinant).

Il y a aujourd’hui plus de 1078 personnes impliquées dans le projet de lutte anti-déchets : 

  • pour améliorer la gestion des détritus (sous l’égide de Pokdarwis - un groupe d’habitants en charge des opérations) 
  • pour faire évoluer les comportements (via un programme de sensibilisation, avec le soutien de Biosphère Foundation).

Nouvelles mesures de collecte pour limiter la pollution


Des opérations de nettoyage des espaces environnants sont régulièrement organisées pour récupérer les déchets jetés dans la nature. Onze plages ont ainsi été nettoyées depuis 2019 (parmi elles : Pasir Putih Pejarakan ou celles sur l’île de Menjangan, au large du village). On estime qu’autour de 500kg de déchets ont pu y être récupérés.  

Mais c’est aussi - et surtout - l’instauration de la collecte et gestion des déchets domestiques qui permet de réduire de manière pérenne la pollution et éviter que les détritus soient brûlés ou jetés dans la nature.

Les membres de l’initiative Pokdarwis ont ainsi distribué aux familles, écoles et entreprises du quartier pilote des poubelles de tri fabriquées à partir de matériaux recyclés tout en expliquant le fonctionnement et l’objectif. 

Une fois collectés, les déchets recyclables sont transportés au centre de tri Rumah Pila (créé par Pokdarwis). Une fois triés, ils sont vendus à l’institution gouvernementale Environmental Services qui se charge ensuite de leur recyclage (en fonction de leur qualité).

Les déchets non recyclables, qu’on estime à près de 80% des déchets collectés, sont aujourd'hui déposés dans une décharge sécurisée. Si cette solution n’est pas encore idéale, il s’agit tout de même d’un pas en avant car elle permet de contenir la pollution des déchets à un périmètre plus restreint. La gestion de la décharge fait d’ailleurs partie  d’un des grands axes d'amélioration sur lequel va se concentrer la suite du projet. 

Chaque mois, près de 2000 kg de déchets sont collectés à Batu Ampar, grâce à des ramassages deux fois par semaine. Depuis 2019, ce sont plus de 13 125 kg de déchets qui ont ainsi été pu être collectés et traités, dont 3 437 kg ont été recyclés pour devenir de nouvelles matières premières.

Sensibiliser pour faire changer les comportements

Parce que l’éducation est un facteur clé du changement, un programme de sensibilisation a été mis en place à l'échelle du village : des évènements de socialisation autour du projet pour alerter sur les dangers de la pollution - notamment plastique - et initier au fonctionnement du système de recyclage sont organisés.

C’est notamment le cas à l’école primaire du village, SDN 4, où étudient près de 90 jeunes. Les education leaders et youth champions à l’initiative du projet s’y rendent chaque semaine pour discuter avec les élèves et leur présenter les bonnes pratiques et gestes à adopter. Il les impliquent aussi dans des opérations de nettoyage et de récupération des déchets sur le terrain de l’école. Le Warung (petite échoppe / restaurant) Toko situé à côté de l’école (et où de nombreux enfants viennent acheter leur repas) est lui aussi un élément clé dans la sensibilisation à la pollution plastique. L’objectif ? y limiter la vente de produits emballés dans du plastique à usage unique via la mise à disposition de stations d’eau pour re remplir les bouteilles, des verres et sacs réutilisables et une politique anti-pailles.

Des opérations de porte à porte auprès des habitants permettent également de faire évoluer les mentalités et comportements.

 

Un impact doublement vertueux pour l’écologie et l’économie.

Ces initiatives durables permettent une circularité doublement bénéfique pour les habitants de Pejarakan.

D’un point de vue écologique, d’abord.

En donnant aux habitants des solutions concrètes pour traiter leurs déchets, l'association Pokdarwis aide ainsi à réduire significativement les déchets brûlés ou laissés dans la nature.

De manière générale, la réduction de la pollution (notamment plastique) permet la préservation et la revitalisation de la nature environnante, soutenues par les programmes de restauration de la barrière de corail, de replantation de mangroves et d’agroforesterie initiés en parallèle.

À un niveau économique, aussi.

L’initiative permet de de générer des emplois locaux. Pokdarwis emploie aujourd’hui 7 personnes (notamment au centre de tri et collecte des déchets de Rumah Pilah) et Biosphère 4 personnes.

Les contreparties financières lors de la récupération de leurs de déchets et la vente aux collecteurs permettent également aux habitants de trouver une petite source de revenus additionnels. Plus de 350,000 Roupies Indonésiens (soit un peu plus de 20€) leur ont été reversés sur une base bi-annuelle - un processus de virement souhaité par ces derniers. 

C’est que le début.

L’équipe de Pur Projet et les habitants de Pejarakan ne comptent pas en rester là et ont de grandes ambitions pour mieux gérer leurs déchets et préserver la nature qui les entoure. 

Et c’est là où nous apportons notre petite pierre à l’édifice. 

Les fonds récoltés vont permettre d’apporter une plus grande ampleur encore à l’initiative.

En optimisant les pratiques au sein du quartier de Batu Ampar grâce : 

  • au financement de l’achat d’un tricycle, un véhicule qui permet aux équipes de Pokdarwis de circuler et d’accéder aux rues les plus étroites, afin de ne laisser aucun ménage de côté (PHOTO)
  • à la multiplication par 4 du staff impliqué sur place 
  • à l’encouragement des foyers à pratiquer le compostage des déchets organiques pour réduire encore davantage  le volume de détritus partant en décharge 

En étendant le double projet de sensibilisation et de traitement : 

A d’autre quartiers, tel que celui de Garuda Marga Banjar, où vivent plus de 460 familles. D’ici Mars 2021 il est prévu : 

  • la distribution et répartition de poubelles de tri dans l’espace public
  • des sessions de sensibilisation porte à porte pour tous les foyers
  • 5 à 8 visites de chaques écoles 
  • De nouvelles opérations de nettoyages de plage et des rues et espaces publiques de la ville 

A certains lieux clés de Pejarakan : les sources chaudes, le temple hindou, mais aussi les hôtels et gîtes locaux. 

  • Dans le villages des règles spécifiques vont être mises en place afin d’engager tous les acteurs locaux dans l’effort commun 
  • Des incitations financières pourraient aussi être appliquées pour accélérer la mise en pratique des bonnes conduites 

En participant à la mise en place de négociations et solutions pour une décharge durable et sûre : 

  • Bien que la juridiction qui contrôle les terrains alloués à la décharge soit liée à l'État, Pokdarwis multiplie les efforts pour faire accélérer les prises de décisions 
  • sur le long terme l’effort se concentre sur la recherche d’un nouveau terrain puis sur la mise en place d’un système de filtration des sols, de l’air, et de protection contre le vent, pour limiter au mieux l’impact des déchets non recyclables sur l’environnement direct et voisin de cette nouvelle décharge. 

Découvrez nos accessoires qui ont un truc en plus !

Par Marc Page, Rédacteur Web

Expert depuis une dizaine d'année dans la rédaction web, je reste à la page de nombreux sujets comme les nouvelles technologies, l'environnement et l'innovation ! A travers ces guides d'achat, je vous "livre" mes conseils pour choisir les appareils les plus adaptés à votre besoin.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

  • Il cause une explosion en essayant de tuer une mouche La Dépêche, Septembre 2020
  • Saint-Fargeau-Ponthierry. Le kinésithérapeute Denis Saadia part sans remplaçant. La République de Seine et Marne, Septembre 2020.
  • À Bézu-Saint-Éloi, dans l’Eure, cette habitante est la reine des meringues salées ! Paris-Normandie.fr sept 2020
  • À Crozon, le véhicule de Google Maps se fait arrêter par les gendarmes. lactu.fr sept 2020
  • Un perroquet se met à chanter comme Beyoncé. linfo.re
  • Covid 19 : un masque insolite, le siroteur, inventé pour boire facilement dans les bars. France Info, septembre 2020
  • Un singe attaque un homme après un doigt d'honneur Le Dauphiné Libéré, Août 2020
  • Nu comme un ver, il poursuit un sanglier qui lui a volé ses affaires ! Midi Libre, Août 2020
  • La sénatrice Élisabeth Doineau combat le "Mayenne Bashing" dans des clips vidéos. France Bleu, Août 2020
  • Ce pigeon breton vaut 50.000 euros France Bleu, Août 2020
  • Sans chemise, sans pantalon et... sans masque dans les rues de Bastia Corse Matin, Août 2020
  • Les Couillard de Pontivy sont-ils liés à un ancien premier ministre québécois ? Pontivy Journal, Août 2020
  • Il cause une explosion en essayant de tuer une mouche lejsl.fr, Août 2020
  • Il cause une explosion en essayant de tuer une mouche La Dépêche, Septembre 2020
  • Saint-Fargeau-Ponthierry. Le kinésithérapeute Denis Saadia part sans remplaçant. La République de Seine et Marne, Septembre 2020.
  • À Bézu-Saint-Éloi, dans l’Eure, cette habitante est la reine des meringues salées ! Paris-Normandie.fr sept 2020
  • À Crozon, le véhicule de Google Maps se fait arrêter par les gendarmes. lactu.fr sept 2020
  • Un perroquet se met à chanter comme Beyoncé. linfo.re
  • Covid 19 : un masque insolite, le siroteur, inventé pour boire facilement dans les bars. France Info, septembre 2020
  • Un singe attaque un homme après un doigt d'honneur Le Dauphiné Libéré, Août 2020
  • Nu comme un ver, il poursuit un sanglier qui lui a volé ses affaires ! Midi Libre, Août 2020
  • La sénatrice Élisabeth Doineau combat le "Mayenne Bashing" dans des clips vidéos. France Bleu, Août 2020
  • Ce pigeon breton vaut 50.000 euros France Bleu, Août 2020
  • Sans chemise, sans pantalon et... sans masque dans les rues de Bastia Corse Matin, Août 2020
  • Les Couillard de Pontivy sont-ils liés à un ancien premier ministre québécois ? Pontivy Journal, Août 2020
  • Il cause une explosion en essayant de tuer une mouche lejsl.fr, Août 2020