L’impact des e-déchets

Aujourd’hui les déchets d’équipement électriques et électroniques (DEEE) représentent un défi méconnu du grand public. Peu d’entre nous savent ce que deviennent nos vieux téléphones ou réfrigérateurs. Nous consommons, puis jetons nos appareils électroniques à un rythme que nous ne pouvons même pas suivre. En France on estime que seulement 45% de nos déchets électroniques sont collectés, quant à peine 17,4% sont recyclés à l’échelle mondiale.

impact-e-déchets
De la production à la fin de vie : une boucle loin d’être bouclée.

Smartphones, ordinateurs, électroménagers, on observe de plus en plus une prise de conscience autour de l’impact environnemental que représente la production de ces appareils électroniques. On ne rappellera d’ailleurs jamais assez que la moitié des émissions de carbone du secteur digital (représentant 4% des émissions mondiales) proviennent du processus de fabrication de ces dits appareils.

Si l’impact de la production de ces appareils attire de plus en plus l’attention, les challenges autour de leur fin de vie et leur impact sont encore mal connus. 

La plus grande partie des appareils n’est pas ou peu collectée. Malgré une progression de la législation sur le sujet dans de nombreux pays, la collecte et le recyclage des DEEE sont à l’échelle mondiale peu maîtrisés. Les déchets électroniques sont le flux qui augmente le plus rapidement depuis quelques années.

Selon le Rapport de suivi des déchets d’équipements électriques et électroniques de l’Université des Nations Unis et de l’UNITAR (2020), en 2019, plus de 53 millions de tonnes de déchets électroniques ont été produites (soit près de 6 tonnes générées par heure). Une tendance qui s’accélère de façon vertigineuse: nous devrions atteindre 74 millions de tonnes de DEEE en 2030, et 120 millions en 2050 - soit une progression de plus de 120% par rapport à 2019. 

Parmi ces millions de tonnes de déchets seuls 17 % sont collectés puis recyclés. Le reste est brûlé, ou abandonné dans des décharges. Selon l’ONG Basel Action Network, au moins 6% des déchets électroniques collectés dans l’Union européenne et chargés de substances toxiques (arsenic, mercure, cadmium, etc.), sont exportés illégalement en Afrique de l'Ouest ou en Asie, où les décharges  se multiplient. Là, des ouvriers mettent leur vie en danger en démontant et en brûlant ces appareils afin de récupérer les matériaux rares, le plus souvent pour un prix inférieur au coût de leur extraction. Ces décharges ont des conséquences désastreuses sur la santé des riverains et l’environnement. On estime le bilan carbone de ces décharges électroniques à près de 100 millions de tonnes de CO2 par an. 

Un désastre environnemental trop méconnu.

La croissance alarmante de la production de déchets électroniques est un sujet sur lequel il était important pour nous de sensibiliser nos clients et les consommateurs. La consommation effrénée d’appareils électroniques (en France la durée de vie moyenne d’un smartphone est de 2 ans) a des conséquences catastrophiques sur l’environnement et la santé.

Pour limiter cet impact, la meilleure solution est de prolonger la durée de vie des appareils : soit en réparant ceux que l’on a déjà, soit en faisant le choix du reconditionné qui donne une deuxième voire une troisième vie aux appareils.

C’est pour cela que pour chaque appareil reconditionné vendu sur le site nous affichons le gâchis électronique évité grâce au reconditionnement : nous voulons attirer l’attention sur cet impact.

Depuis le début de l’année 2021 nous soutenons également la Fondation CTL qui revalorise les déchets électroniques, notamment en Afrique. La Fondation développe de nouvelles filières de valorisation sur place et renvoie en Europe les appareils pour être recyclés. Depuis sa création, la Fondation CTL a collecté et valorisé environ 3 millions de smartphones.

Pour résumer, le choix du reconditionné présente 2 avantages imbattables pour la planète par rapport au neuf : 

  • En achetant reconditionné, vous participez à prolonger la durée de vie de l’appareil électronique en lui donnant une seconde chance dans VOS mains, au lieu de voir l’appareil abandonné dans un vieux tiroir, ou pire, dans une décharge illégale. Ainsi par smartphone, faire le choix du reconditionné c’est éviter en moyenne 175 grammes de déchets électroniques (depuis sa production jusqu’à sa fin de vie), comme l’a récemment montré l’étude de l’ADEME sur l’impact du reconditionnement*. En effet, comme le montre cette étude (qui utilise la méthode d’analyse de cycle de vie), le reconditionnement peut générer des déchets électroniques (24 grammes en moyenne), s’il faut changer une batterie par exemple, mais ils seront toujours bien moindres que s’il fallait produire un nouveau smartphone.
  • De plus, en  soutenant l'économie circulaire, vous participez à changer les habitudes de consommation autour des produits électroniques et à décourager leur surproduction. 

Il faudra toujours moins d’énergie et de matières premières pour remettre à neuf un appareil électronique que pour le produire. 

C’est pour ça qu’on ne le dira jamais assez : longue vie à nos appareils!

 

Photographie

copyright – tous droits réservés à CTL fundation. 

camille-rse
Par Camille Richard, Responsable RSE chez Back Market

Elle est passionnée par les sujets environnementaux et les documentaires animaliers. Ses ennemis sont les climatoseptiques et la coriandre.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Articles connexes :